• Samedi dernier j'ai fait la connaissance de Hans Schiller qui possède le magasin Les Maîtres du Vin, situé 6 place de la République, à Saint-Médard-en-Jalles.
    Notre conversation m'a permis de découvrir un caviste passionné qui assure parfaitement son travail en effectuant une sélection méticuleuse des vins qu'il propose à la vente.
    Il a tenu à me faire déguster quelques-uns de ses coups de coeur et je dois reconnaître que j'ai été bluffé par nos goûts communs.
    L'avantage, dans ce genre d'endroit, est de pouvoir découvrir des étiquettes peu connues dont la qualité n'a rien à envier à ce que l'on trouve ailleurs.
    Dans ce que j'ai goûté, je retiens aujourd'hui le Château Les Bleuets 2010.


    votre commentaire
  • Il y avait bien une vingtaine d’années que je n’avais pas assisté au BAN DES VENDANGES de Saint-Emilion.
    Dimanche 15 septembre 2013, Murielle Andraud et Jean-Luc Thunevin m’ont fait l’honneur d'une invitation et voici quelques photos de cette très agréable journée.
    C’est la Jurade de Saint-Emilion qui organise cette manifestation et, vu le nombre de personnes présentes, je me suis aperçu qu’elle suscitait encore et toujours beaucoup d’enthousiasme.
    Tout commence par un accueil à la mairie de Saint-Emilion.

       
    S'ensuit une parade dans la ville...             
    où l'on reconnaît Fabien Gilot, futur intronisé, 
                                 et Jean-Luc Thunevin qui passe devant l'un de ses magasins.
    Arrivée devant l'église pour 1h de messe.


     

     

     

                                                                                                                                                    
    Bonjour à Hubert de Boüard.                                    Entrée à l'église pour 1h de messe.
                                  
                                                                                                                                                                                                                                                                                                           
                    

      

      

      

      

      

      
    Puis direction l'église monolithe où on lieu                                         les intronisations.

                                                           Murielle et Jean-Luc se retrouvent enfin autour d'un apéritif.
                                             Il y a des regards qui en disent long...

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                                                                                                          
    Les personnes invitées sont honorées par               Tout se termine en fin d'après-midi à
    un repas où de très belles bouteilles sont                la Tour du Roy par la proclamation du
    ouvertes.                                                                  Ban des Vendanges, agrémentée d'un
                                                                                    spectacle.
                                                                                       

    Il ne faut pas croire que cette journée soit strictement réservée aux personnes invitées.
    Procession, messe, proclamation du ban et spectacle se déroulent dehors et tout un chacun peut profiter de ce moment. Beaucoup de passants s’arrêtent, photographient, accompagnent le cortège. Les touristes adorent, cherchent à comprendre, posent des questions, s’informent et des rencontres improbables se font très spontanément.
    Bravo à tous les acteurs impliqués dans cet événement qui dynamise un département, une ville, une appellation, un terroir et qui donne une très belle image du vin.
    Ne ratez pas le prochain BAN des VENDANGES et à l'année prochaine... peut-être.
    P.S : dégusté pas mal de vins à l'aveugle et, coïncidence ou pas, c'est vraiment Clos Badon 2007 qui, dans le rapport qualité/prix, a retenu toute mon attention. Excellent à boire aujourd'hui mais aussi prometteur d'une belle évolution. Fraîcheur, arômes, longueur... tout y est.


    votre commentaire
  •   

      

    Autour d'une bouteille d'irouléguy sera le titre du prochain livre de la collection.


    Il sortira en librairie la première semaine de septembre 2013.


    Comme d'habitude, j'ai tenu des conversations avec 14 personnes représentatives de l'appellation et chacune parle du vin, de son métier, évoque des souvenirs, des anecdotes...

    Je pense que cet ouvrage devrait passionner tous les amoureux du Pays Basque.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Au cours d’une escapade dans le Lot-et-Garonne, je suis passé par hasard devant la cave de Buzet. Bien entendu, un petit arrêt s’est imposé.
    Le magasin spacieux et agréable invite à la dégustation… mais aussi à l’achat ! C’est Monsieur Joël Larroche qui officiait ce jour-là et son accueil fut des plus attentifs.
    Voici un aperçu de ce que j’ai dégusté.
                                                

    La bouteille bleue, baptisée LE LYS est un vin blanc sec composé à 80% de sémillon et 20% de sauvignon. La robe était jaune pâle avec des reflets dorés et le nez s'exprimait sur les notes d'agrumes et de fleurs blanches, avec une petite lourdeur qui disparaissait à l'aération. En bouche, l'attaque était souple avec une évolution charnue, sans acidité excessive, pour finir sur une belle longueur aux arômes de pamplemousse. Ce vin constitue un très bon rapport qualité/prix puisque vendu 4,80 euros.

    La deuxième bouteille fut la découverte du jour mais a suscité aussi bien des questions. Il s'agit d'un rosé baptisé CALIBRE 9°, composé à 100% de merlot. Au nez, j'ai retrouvé des notes dites de "bonbon anglais", très caractéristiques, et la bouche m'est apparue délicate, sans exubérance, d'une agréable légèreté. Monsieur Larroche m'a alors expliqué qu'il s'agissait d'un vin ne titrant "que" 9° - d'où son nom - dont le but était de proposer quelque chose de léger, répondant à une demande des consommateurs mais aussi à celle d'une réglementation de plus en plus sévère à l'égard des taux d'alcoolémie. Les raisins sont cueillis à maturité "technologique" en fin de nuit afin de profiter de la fraîcheur nocturne et l'extraction à basse température des jus se fait par un pressurage pneumatique immédiat. La cave dit pratiquer "une mise au propre des jus avant la mise en fermentation à 15°C pour exalter les arômes." S'ensuit "une mise en bouteille tout aussi précoce" qui garde 29 grammes de sucres résiduels. Il paraît que les dégustateurs débutants adorent ce vin, particulièrement les jeunes filles, ce qui les incite ensuite à se tourner vers d'autres produits. Pourquoi pas ? En tout cas, l'initiative de la cave de Buzet est à souligner car elle témoigne d'un effort : celui de trouver des nouveaux produits et marchés en faisant preuve d'imagination.   

    J'ai également apprécié le buzet de la cuvée rouge Tradition 2009 qui constitue aussi un excellent rapport qualité/prix avec ses 5,25 €. C'est un assemblage de merlot, cabernet franc, cabernet-sauvignon dont la robe commence à évoluer légèrement. Le nez, d'intensité moyenne, se pare d'arômes de chocolat, caramel, épices. En bouche, l'attaque est souple, l'évolution sans lourdeur et la finale honnête. Vin bien fait, facile à boire.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique